Les oiseaux volent toujours à l'envers .
Gilles Snowcat.

Hommage à Jean-Michel Caradec
(
Juillet 2011)


www.awaken.be


29 juillet 1981, quelque part sur la route des vacances, la radio diffuse ses programmes. Quelle radio, je sais plus. Quel programme, idem. Puis les nouvelles. On annonce le décès de Jean-Michel Caradec. Je ne connais pas. On mentionne une CX. Mon attirance naturelle pour les voitures fait que c’est peut-être ce détail, finalement un peu sordide, qui fera que le nom de ce chanteur breton se gravera dans ma mémoire. Puis surtout la chanson diffusée en hommage : « Ma Bretagne Quand Elle Pleut ». C’est très beau. Puis le temps passe.  Je découvre un peu l’univers de Caradec comme une version poétique de celui d’Hara-Kiri. « C’est du Gotlib, du Reiser » chante-t-il. Et ça me plait.
 
Le temps passe (quoi, je l’ai déjà dit ?), les années 90 essayent sans succès de faire oublier la décennie précédente, je commence modestement à prévoir d’enregistrer ma version de « Qu’est-ce qui va rester ? », au milieu d’une collection de chansons. Le projet tombe dans les eaux troubles et l’enregistrement reste inachevé. Qu’importe, ça viendra. Un jour.
 
Le temps passe (l’ai-je déjà dit ?), internet fait son apparition, et avec lui la foison d’informations que tout un chacun peut se procurer rapidement, gratuitement et de manière illimitée. Tout naturellement, une recherche sur Jean-Michel Caradec m’amène à découvrir l’excellent site de Jean-Pascal, et ma promesse de chanter « Qu’est-ce qui va rester ? » refait surface. 
Promesse commence comme procrastination, et il me faudra ce ‘premier coup de pied aux fesses’ de la commémoration de la disparition de Jean-Michel Caradec pour que je me décide à m’y mettre. Pour de bon.
De quelques sessions nocturnes, combinées avec d’autres accueillant la rosée matinale, nait ce petit 45 tours que l’on dira virtuel. L’heure est au fichier mp3, après tout. Le temps passe, mais je l’ai déjà dit je crois.
Assez parlé, assez écrit, je vous laisse découvrir Caradec à travers les yeux du Vieux Chat (c’est moi). Et tout à l’envers volent-ils, les oiseaux fascinent toujours tout félin qui se respecte.

Gilles Snowcat.

 

Les oiseaux volent toujours à l'envers :

 

Ecouter :  (12,6 Mo) : 1). a) Prélude : Minato
                                      b) A Kernoa
                                      c) Les oiseaux volaient à l'envers

Ecouter : (7,37 Mo) :  2). Qu'est-ce qui va rester ?


Télécharger (20 Mo)