Le goût de vivre, sans doute l'avait-il plus que les autres. Et son instinct devait lui dire qu'il fallait faire vite ; dommage.

Heureusement, il nous reste "Parle-moi", "le fil du funambule" et les autres. Heureusement !

Apporte du vin frais.

On va parler de Dylan, de foot-ball, de Brest et de Toulouse, des mots et des couleurs.

Des oiseaux qui partent trop vite.

 

Francis Cabrel
www.franciscabrel.com
(Texte paru en 1982 dans le mensuel
Paroles & Musique et publié avec l'aimable autorisation de la revue trimestrielle
Chorus)

Fermer la fenêtre